Emploi en Afrique – comment faire face à ses émotions en entreprise ?

Emploi en Afrique - comment faire face à ses émotions en entreprise ?

                                                                                         

Nous pouvons sentir les reproches en entreprise comme une agression même dans un emploi en Afrique. Cela aura pour effet de bouleverser nos émotions et même notre fonctionnement normal, voir notre productivité. Un débat houleux lors d’une réunion ou même à la suite d’une enquête, banale peut avoir des conséquences sur notre estime de soi. L’impact sera alors négatif sur nos relations au travail et même sur votre carrière. D’où l’importance de savoir cultiver la fluidité dans la gestion des situations de conflit pour trouver un emploi en Afrique.

Le calme et la maîtrise de soi sont la clé

La gestion de vos émotions est la compétence prioritaire que vous devez développer dans votre relation de travail et plus encore dans une situation de tension. Sachant que le tempérament en Afrique est supposé assez volcanique. Vous devez garder la tête froide en toutes circonstances. N’oubliez pas que vous avez toujours l’avantage quand vous savez exercer votre self-control. C’est pourquoi nous vous conseillons de pratiquer des techniques de confiance comme la gestion de la respiration, la méditation, la visualisation. Dans une situation de conflit, vous devez d’abord rester stable émotionnellement, mentalement, physiquement, mettez-vous dans une bulle.

Sachez reconnaître la critique et sachez y répondre

Voici 3 situations qui peuvent vous indiquer les réponses à donner :

1) La critique est justifiée, s’il s’agit d’un comportement qui vous savez réel.

    •  Acceptez le ressenti de votre vis à vis et vous pouvez aussi exprimer les vôtres.
    • Si vous reconnaissez clairement l’erreur, excusez-vous tout simplement.
    • Si vous considérez que votre comportement était correct, alors restituez-le factuellement dans le contexte,
    • N’hésitez pas à exposer l’intention qui a enclenché la situation,
  • Constatez le désaccord si votre interlocuteur persiste à trouver votre comportement inadéquat.

 2)  La critique est injustifiée: vous n’êtes pas du tout coupable .

Voici les différentes manières de s’affirmer :

      • Affirmation de soi de Base : « Il y a certainement un malentendu, je n’ai pas … »

      • Soyez Empathique : « Je comprends votre contrariété, mais je n’ai pas … »

    • Ou Progressif : « Je comprends votre étonnement, mais je vous répète que … »

  • Affirmation de soi avec Confrontation : «Je vous ai déjà indiqué que je n’ai pas eu le comportement que vous me reprochez. Je suggère que … »

Proposez à votre collaborateur de chercher d’autres hypothèses mais tout en étant respectueux. Vous pouvez aussi convenir d’un rendez-vous proche pour en discuter .

Exemple :

« Je serais moi aussi très agacé si un de mes collaborateurs avait fait cette erreur. Je pense qu’il faut que l’on regarde ce qui est à l’origine de ce malentendu, car je vous affirme que je n’ai pas commis cette maladresse. C’est assez désagréable d’être accusé de mentir. Je vous propose que l’on en reparle lundi, après avoir regardé chacun de notre côté ce qui s’est vraiment passé »

3) La critique est floue : vous ne savez pas du tout de quoi on vous parle.

« Votre dossier est lamentable », « Tu t’es comporté bizarrement lors de la réunion », «Vous êtes vraiment un sale égoïste », « Ça va ? Pas trop fatigué ? », « Je n’en peux plus d’avoir un collègue comme toi, il va falloir que l’on me trouve un autre bureau » …

  • Osez être critique à votre tour si votre interlocuteur reste vague.

« Je suis conscient que mon comportement n’est pas parfait, mais je ne vois pas comment améliorer notre relation sans avoir des indications claires sur ce qui vous déplait. Je me sens désormais moi-même très gêné par le manque de clarté de votre réponse qui nous laisse dans l’incompréhension mutuelle et installe un malaise. »

  • Conclure sur le constat du désaccord ou de l’incompréhension, en ouvrant la porte à une autre conversation.

Décryptez les pièges à éviter dans les discussions tendues. Vous devez conservez cette culture d’apaisement qui honore l’Afrique.

      • Ne parlez pas trop. Ecoutez et reformulez. Faites du silence ponctuel votre meilleure arme

      • Soyez bref surtout ne tournez pas en rond, faites avancer la situation.

      • Soyez poli mais sans exagérer pas trop de politesse peut vous faire plus de mal que de bien.

      • Ne vous justifiez pas mais donnez une explication claire.

      • Ne culpabilisez pas, l’erreur est une humaine dans le cas où vous êtes fautif.

      • Il ne sert à rien de chercher à avoir raison.

      • Surtout mais alors surtout n’allez pas vers l’escalade verbale.

      • N’esquivez pas la critique par une manœuvre telle que décrite dans mon article précédent : enfumage, changement de sujet, retardement, apitoiement, contre-attaque ….

    • Soyez discret et élégant : Rien ne sert des semaines ou des mois après, de se laisser aller à des confidences. La tentation du bavardage et le soulagement du partage sont à éviter comme la peste !

  • Pour finir si votre interlocuteur reconnaît sa méprise et s’excuse, n’enfoncez pas la situation. Les belles fin sont toujours les meilleurs même dans votre emploi en Afrique.

Articles associés

%s