L’intelligence artificielle en Afrique

Sans Titre

L’intelligence artificielle s’est,  aujourd’hui, invitée dans notre quotidien,  en s’y taillant une place ce choix. Cette logique est vertigineuse. C’est l’avenir de la planète qui se joue avec l’IA.  Celui qui deviendra leader, en la matière, sera le maître du monde, présidait le président russe, Vladimir Poutine. 

Dans le monde travail,  si d’aucuns nourrissent une certaine crainte à son égard, d’autres y voient une aubaine. En Afrique, l’intelligence artificielle a transformé les habitudes. Dans cette partie du monde, de plus en plus de jeune ont saisi la balle au rebond pour bénéficier pleinement de tous les avantages qu’offre l’IA. Il s’est donc produit, en d’autres termes,  une sorte d’effervescence entrepreneuriale sur le continent noir, avec l’avènement de l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle (IA) est  constituée par un ensemble de fonctions que l’ordinateur est à même  d’accomplir mieux qu’un cerveau ou l’intelligence humaine. Il en est ainsi, par exemple,  de l’analyse de masses colossales de données, afin de procéder à une évaluation des risques. L’IA permet à la machine d’apprendre toute seule de ces masses de données pour s’améliorer.

Face à l’énorme potentiel qu’offre l’IA, l’Afrique entend bien s’y accrocher pour ne pas rater la marche du monde,  comme en atteste l’investissement de plus en plus import, dans le domaine. Du domaine de la santé, à l’éducation, en passant par  l’environnement, les applications grand public s’appuyant sur l’IA ont le vent en poupe dans une Afrique où le smartphone connaît une croissance exponentielle.

D’ailleurs, à en croire Koundi, associé chez Deloitte Afrique,   le nombre d’appareils qui est de 350 millions actuellement, devrait doubler d’ici à 2020 en Afrique. Les prix ont chuté de 80 à 30 dollars, en à peine deux ans,  grâce notamment à l’apparition d’appareils fabriqués spécifiquement pour l’Afrique.

 Fort de ce constat, Betelhem Dessie a pu ainsi évoquer que l’IA pourrait  être le levier qui permettra au continent africain de se hisser au rang des pays du Nord. Il s’agirait en quelque sorte,  d’une sorte d’accélérateur de développement qui fera oublier que l’Afrique a fait l’impasse sur les deux premières révolutions, l’industrielle et la postindustrielle.

A l’instar des autres régions de la planète, l’Afrique subi considérablement les conséquences de l’IA sur son marché du travail. Aujourd’hui, malgré les nombreux avantages qu’offre  celle-ci, elle risque de faire disparaître beaucoup d’emplois en Afrique. C’est d’ailleurs là, l’un des principaux soucis des détracteurs de cette donne révolutionnaire. Cependant,  malgré les craintes qu`elle nourrit,  l’IA est bien accueillie sur le continent noir.

Vous pouvez également lire Relations professionnelles : comment gérer un collaborateur difficile ?

%s