Rédaction de CV en Afrique : quand vos centres d’intérêts deviennent capitaux pour votre recruteur …

African American Applicant Holding Resume At Job Interview, Clos

A ceux qui s’intéressent,  un tant soi peu au recrutement, il  n’échappera pas que celui-ci a connu des avancées considérables. Un nouveau paradigme  a vu le jour. Ce dernier tient en compte ou valorise certains aspects de la vie du candidat qui, autrefois, semblaient peu utiles. Il en est ainsi des compétences non professionnelles qui sont devenues aujourd’hui, sinon des valeurs ajoutées incontournables, du moins un aspect important du CV des candidats. 

De nombreuses entreprises admettent, désormais,  rechercher des personnalités. Une telle volonté est incompatible avec un modèle de recrutement qui ne met l’accent que sur les compétences et les diplômes.  Au-delà de ce que vous savez faire, ce que vous êtes, intéresse maintenant, au plus haut point, votre employeur.

 Cette approche relativement novatrice implique que les recruteurs  cessent de se focaliser sur les seuls diplômes, pour s’intéresser aussi aux aptitudes non professionnelles. C’est dire tout simplement que sur votre  CV en Afrique, la ligne « centres d’intérêt » devient capitale, car en dit long sur votre personnalité. 

Quand vous rédigez votre CV en Afrique, vous avez alors tout intérêt à ne pas banaliser cette partie perçue généralement comme une simple  clause de style. D’ailleurs, de nombreuses entreprises s’engagent, aujourd’hui, dans une politique de valorisation des compétences non professionnelles.

 S’inscrivant dans cette logique,  Allianz a lancé un appel général, auprès de ses 11.000 collaborateurs, dans le cadre de l’opération « Allianz dévoile ses talents ». L’objectif escompté par les dirigeants de cette boîte était de décloisonner de l’aspect professionnel,  la vision que les collaborateurs ont les uns des autres. « Plus de 60 volontaires, écrivain, peintre, photographe, chanteur, champion de cerf-volant acrobatique ont partagé leur passion via une plate-forme dédiée. Cela a généré plus d’un millier de posts enthousiastes de la part des équipes », raconte Charlotte Guy-Duquesne, Directrice Développement RH, Talent Management et Diversité d’Allianz. 

A la suite d’une grande consultation interne,  Allianz s’est rendu compte des énormes attentes en matière de  bien-être au travail et de création de lien social. C’est principalement ce qui a motivé une telle initiative.

 vous pouvez aussi lire Les clés pour devenir un excellent Manager en Afrique

 En tout de cause, force est de constater  que les politiques de recrutement de nombreux groupes sont devenues sensibles aux compétences non professionnelles. « Les compétences techniques et professionnelles restent très importantes, mais ce qui fait la différence, ce sont la posture et les soft skills », souligne Charlotte Guy-Duquesne. 

L’onglet « centres d’intérêt » qui figure dans presque tous les CV trouve ainsi un  certain regain d’intérêt chez de plus en plus de recruteurs qui ont à cœur de dénicher des talents, mais aussi et surtout des  personnalités hors du commun. 

L’onglet « centres d’intérêt »  se veut alors, au-delà d’une simple formalité habituelle, un moyen pour les recruteurs,   de détecter des aptitudes et des qualités chez les candidats. Il en est ainsi des capacités à prendre des risques,  d’un esprit créatif. Autant de qualités qui peuvent être profitables à l’entreprise …

Abdoulaye fall

%s