4 bonnes pratiques des recruteurs en Afrique

Job Interview

Dans un contexte de guerre des talents, les recruteurs se placent aujourd’hui au cœur de la fonction RH. Sourceur de CV, psychologue, mais aussi expert des ressources humaines, ces derniers exercent des fonctions stratégiques consistant à dénicher la perle rare pour l’entreprise. Naturellement, il ne s’agit pas d’un travail de tout repos.  Le spécialiste du recrutement doit être capable d’avoir les réflexes indispensables qui lui permettront de réussir sa mission. Mais tout compte fait, quels sont ces reflexes à avoir pour devenir un bon recruteur ? Nous vous proposons ici un tour d’horizon des bonnes pratiques.

Faire preuve de curiosité 

La curiosité est certainement une très grande qualité pour un recruteur. Ce dernier ne doit pas se contenter des informations que le candidat veut bien lui donner, sans chercher à en savoir plus sur le bien fondé de ces dernières. Cela est d’autant plus important que l’objectif d’un recruteur est, avant tout, de choisir les meilleurs candidats aussi bien en termes de compétences techniques que de soft skills.  Toutefois, la curiosité d’un bon recruteur ne doit pas être orientée exclusivement sur les profils des candidats, mais aussi sur les tendances du métier de recruteurs.

Internet offre ainsi au recruteur une mine d’informations nécessaire à son travail. Ces informations sont relatives au poste, à l’entreprise, à la concurrence, au marché, aux nouvelles techniques de sourcing et les nouvelles tendances du recrutement. En cherchant à en savoir plus sur toutes ces données, il pourra faire évoluer ses pratiques quotidiennes.

Bien procéder aux pré-qualifications téléphoniques…

La pré-qualification téléphonique est une étape fondamentale dans le processus du recrutement.

Au cours de cette étape cruciale, le recruteur doit s’atteler à faire parler le candidat de ses critères de recherche et ce, avant même de lui donner des explications sur le poste. Cette démarche permettra au recruteur d’en savoir plus sur les réelles motivations du candidat en ne le   permettant d’adapter son discours. Les pré-qualifications téléphoniques permettent ainsi de réaliser un premier filtre et de ne pas s’encombrer de candidats non qualifiés ou non motivés. Ce sont d’excellents moyens permettant de faire ressortir les potentiels des candidats et leurs différentes expériences dans le cadre de leurs parcours professionnels.  Une fois ceci fait, le recruteur doit, à son tour, présenter de manière très transparente le poste proposé, car si le candidat en sait beaucoup sur les avantages et les inconvénients du poste, une certaine relation de confiance va s’instaurer entre lui et le recruteur. Ils pourront ainsi débuter leur collaboration sur de bonnes bases.

Bien préparer les entretiens

L’entretien d’embauche est certainement l’étape phare du recrutement dans la mesure où, il permet de passer du virtuel au réel, afin de se faire une idée précise du candidat.  Une bonne préparation de cette étape s’impose alors. Pour ce faire, il est impératif, pour le recruteur, de procéder minutieusement à l’étude du CV, en amont, pour avoir un premier aperçu du parcours du candidat, avec ses cohérences et ses incohérences.  Une bonne préparation de l’entretien permet aussi d’évaluer objectivement tous les candidats en tenant compte de atouts et des faiblesses de chaque candidat. Ce n’est qu’a partir de ce moment précis, que le recruteur peut espérer dénicher les meilleurs candidats. Il faut enfin préciser que proposer un entretien structuré rassure le candidat, car cela lui donne une bonne impression sur l’entreprise et présage sur le sérieux de celle-ci.

Soyez attentifs…

Pour un recruteur, la capacité d’écoute est fondamentale.  Ce dernier doit être capable d’écouter attentivement le candidat car il ne gagne rien à beaucoup parler juste pour venter les mérites d’un poste.   Il doit prêter une oreille attentive au candidat pour savoir ce qu’il recherche ou quels sont exactement ses attentes. Or, il est clair que plus un recruteur prendra la parole, moins le candidat aura le temps de s’exprimer et moins le recruteur recueillera de données pour évaluer la pertinence de sa candidature.

 

%s