Talents locaux / diaspora, quel choix pour les recruteurs Africains ?

Talents locaux / diaspora, quel choix pour les recruteurs Africains ?

                                                                    

Talents locaux – Avec les nombreuses entreprises et startups qui s’ajoutent chaque année dans le marché professionnel africain, le besoin de compétences techniques et fonctionnelles aux standards internationaux et à l’ère du digital se fait de plus en plus sentir.

Mais l’Afrique a ses propres réalités. Actuellement, les grandes entreprises, dont beaucoup sont des multinationales, cherchent des profils professionnels qui sachent réussir la conversion de l’entreprise et la rendre fonctionnelle dans son milieu d’adoption. Deux choix principaux s’offrent aux recruteurs Africains de ces grandes compagnies : l’expertise locale et étrangère, surtout celle issue de la Diaspora. Dans une de ses publications, le magazine Jeune Afrique soulevait le problème du niveau de formation en Afrique, jugé insuffisant dès fois, qui permette aux candidats locaux de répondre rapidement à certaines exigences professionnelles. Cependant, la majorité des postes juniors sont confiés aux cadres locaux.

Dans les secteurs tels que les banques, les mines, la grande distribution, la construction etc. : « les multinationales s’arrachent les managers africains.

Une aubaine pour ces cadres, qui voient les offres se multiplier et leurs salaires augmenter », écrit le magazine. Dans d’autres secteurs, trouver un candidat local peut parfois être un exercice difficile pour les recruteurs Africains. Parmi eux, les infrastructures (routes, énergie…), la construction ou l’industrie extractive, où l’on note plus de difficultés pour trouver leurs ingénieurs et chefs de projets sur place. Malgré ce gap à combler, les employeurs tentent de s’imposer le choix de cadres locaux, avec, au préalable, une formation spécialisée à subir. Un des avantages de l’expertise locale pour les multinationales, c’est leur pouvoir de réduire leurs coûts (logement, véhicule, primes de sécurité), leur proximité culturelle et d’éviter les tracasseries administratives subies pour embaucher des expatriés.

Par ailleurs, dans le middle-top management, l’expertise et l’expérience des cadres de la Diaspora sont bien appréciées par les recruteurs africains. Et pour peser sur l’actuelle balance, les professionnels africains expatriés ont vite fait évoluer leur perception du marché du recrutement. Beaucoup de ces cadres acceptent désormais des propositions de postes clés dans des multinationales, dans des conditions plus souples, voire très proches de celles des cadres locaux. Actuellement, de plus en plus de cadres africains qualifiés et expatriés acceptent d’aligner leurs prétentions salariales selon les standards occidentales, (entre 2,5 et 4 millions de F CFA mensuel), mais avec moins d’avantages annexes : c’est le sacrifice demandé pour rendre possible un bon retour chez soi et une belle nouvelle carrière.

Vous pouvez aussi lire Quand Dubaï devient la fenêtre du business Africain

      

Articles associés

%s