SMIG en Afrique : Quels sont les pays qui paient le mieux ?

Afrique et Argent

La rémunération minimale fixée par l’Etat, connue sous différentes appellations (SMIG, SMIC, SNMG), est un est un point récurrent de discussion entre les partenaires sociaux dans différents pays. Selon les pays, on le nomme salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) ou Salaire national minimum garanti (SNMG). Il s’agit, en fait, de la rémunération minimale des salariés fixée par les États.  Il sera question de voir, ici, quels sont les pays d’Afrique francophone qui proposent les salaires minimums les plus élevés.

Une analyse comparative des différents SMIG proposés dans les pays africains, permet d’affirmer sans risque d’erreur, que le Maroc en tête de liste des pays d’Afrique en matière de salaire minimum.  Il a élevé la barre à 137.095 FCFA, soit la rémunération minimale la plus élevée. Ainsi, sur une échelle de 1 à 18 pays, le monde entier Maroc se classe en première position en matière de rémunération minimale salariale fixée par les États africains. Ainsi, au royaume chérifien, la dernière revalorisation du SMIG intervenue le 1er juillet 2014 a fait progresser le salaire minimum de 10%, élevant ainsi le SIMG du pays à 209 €. D’autres pays comme la Guinée-équatoriale et l’Algérie viennent occuper une bonne place dans ce classement, complétant ainsi le top 3 des plus gros salaires minimums en Afrique francophone. En Guinée-équatoriale, de 90.000 FCFA en 2002, le SMIG est désormais à 128.000 FCFA (195 €) et de 93. 258 FCFA à l112 000 FCFA (171 €) en Algérie

A la faveur des dernières promesses de campagnes présidentielles en Afrique de l’Ouest francophone, les SMIG de ces pays ont aussi connu une certaine évolution.  Il en est ainsi de la Côte d’Ivoire où le salaire minimum a atteint 60000 FCFA (91€) depuis Janvier 2014, soit une revalorisation de 39%. Au Bénin le conseil des ministres des 16 et 17 avril 2014 a porté le SMIG à 40.000 FCFA (61€). Cependant, c’est dans cette même partie de l’Afrique Francophone qu’on retrouve les plus bas salaires minimums, en l’occurrence au Mali (31.370 FCFA, 48€), au Niger ( 30.047 FCFA 46€) et en Mauritanie (30.000 FCFA 46€)

En Afrique Centrale, le Cameroun, malgré son statut de pays locomotive de cette partie de l’Afrique, a le SMIG le plus faible 36.270FCFA (55 €). En revanche la République du Congo peut se targuer d’un bon SMIG à hauteur de 90.000FCFA (137 €). Elle est suivie du Gabon  avec 80.000 FCFA (122€). La promesse de porter le SMIG gabonais à 150.000FCFA comme l’avait promis le président Ali Bongo permettra peut-être de revaloriser le salaire minimum moyen des 18 pays d’Afrique francophone qui s’élève à 62.358 FCFA (95€)

Au Sénégal, suite à un accord entre les syndicats et le patronat sénégalais, le salaire minimum a augmenté de 44,8 % au 1er juin 2018, passant à 302,89 francs CFA (46 centimes d’euros) par heure contre 209,10 FCFA (32 centimes d’euros) actuellement

Quoi qu’il en soit, l’existence d’un salaire minimum dans la majorité des pays d’Afrique ne doit pas occulter la prépondérance des emplois informels, non déclarés et pour lesquels des rémunérations en dessous du minimum légal sont régulièrement versées

%s