Afrique – Energie solaire et investissements

panneau-photovoltaoiques_0-768x434

Lorsque l’on parle de soleil, l’Afrique est le continent qui « brille » le plus, mais qui « grille » le moins d’énergie. On parle de 300 jours de soleil par an sur le continent, alors que  600 millions de personnes, la majorité issue des zones rurales, n’ont pas accès à l’électricité.

Le monde cherche aujourd’hui des alternatives aux productions classiques d’énergies. Le concept d’énergie renouvelable s’agite partout et rien n’est plus renouvelable que le soleil. Beaucoup d’initiatives s’inscrivent dans une des actuelles tendances mondiales : l’énergie solaire. La production mondiale dans ce secteur a fortement progressé et toutes les intentions semblent orientées vers l’Afrique. Les « projets solaires » sont une des niches d’investissement les plus attractifs sur le continent. Beaucoup d’entrepreneurs ou de grandes entreprises n’ont pas hésité à injecter fonds et expertise pour créer de nouvelles richesses et emplois. En Tanzanie par exemple, un fournisseur d’énergie solaire a obtenu le soutien d’investisseurs internationaux à hauteur de 25 millions de dollars et a remporté une subvention de 5 millions $ de l’USAID.  

La société compte fournir de l’énergie solaire à 1 million de foyers en Afrique orientale et s’est récemment (2017) élargie au Rwanda. Autre exemple, M-KOPA. Elle fournit des systèmes d’énergie solaire «pay-as-you-go»  et a attiré des investissements allant jusqu’à 40 millions de dollars. Cette entreprise basée au Kenya a déjà fourni de l’énergie solaire à près de 300.000 foyers au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda. A plus grande échelle, le Maroc. Dépourvu d’hydrocarbures, les autorités du royaume Chérifien se sont tournées vers l’énergie solaire dans la quête d’indépendance énergétique. Le royaume a ainsi développé « Noor », la plus grande centrale solaire d’Afrique et une des plus grandes au monde. Située dans le désert du Sahara, l’imposante centrale photovoltaïque devrait fournir près de la moitié des besoins énergétiques du pays, d’ici 2018.

De nombreuses initiatives naissent autour du solaire, devenu un secteur très prometteur en Afrique. Il y a actuellement beaucoup d’investisseurs prêts à financer des projets de ce secteur qui, en plus de générer des richesses et de créer des emplois, inspire le développement de nouvelles technologies pour sa commercialisation (applications, système de paiement électronique etc.) A cela s’ajoutent les emplois autour des nouveaux métiers ou orientations professionnelles qui permettront au secteur de mieux progresser. L’Afrique a besoin d’expertise autour du solaire et est à la recherche de nombreux profils techniques dont les plus demandés sont les suivants:

  • Ingénieurs en énergie solaire, ingénieurs en développement
  • Techniciens chargés de l’exploitation des centrales et réseaux, installateur mainteneur en systèmes solaires thermiques et photovoltaïques
  • Monteur en installations thermiques et climatiques
  • Technicien d’exploitation énergie
  • Technicien de maintenance éolienne
  • Technicien en énergies renouvelables appliquées au bâtiment, technicien thermicien etc.

Vous pouvez aussi lire Guest blogger – Anais Veerapatren: L’importance de recruter le bon profil

            

Articles associés

%s